Vous avez dit « démocratique » ?

Voici un article rédigé il y a quelques semaines par Héloïse, membre de l’équipe fondatrice de Rhizomes, pour le site colonie-evasoleil.com.

« Comment ça, une école démocratique ? » J’ai entendu et lu cette question sous toutes ses variantes durant les derniers mois. Bien qu’il existe déjà une quarantaine d’écoles démocratiques en France (www.eudec.fr) et plusieurs centaines dans le monde, ce type d’école n’est pas encore très connu. Manifestement, le mot « démocratique » interpelle. Il y a quelques années seulement, ce mot n’évoquait pour moi que le bulletin de vote, l’isoloir, l’urne. Quel rapport possible avec des classes de 30 élèves assis chacun derrière une table…?

Le collectif souverain

La démocratie est sans doute un terme un peu vague pour beaucoup de gens. Le terme original, en grec ancien, signifie « le pouvoir du peuple ». La célèbre formule d’Abraham Lincoln en clarifie le sens : « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». Et c’est exactement ce en quoi notre école est démocratique : ce sont les concernés, c’est-à-dire les jeunes de 6 à 19 ans, qui prennent les décisions. Le fonctionnement de l’école Rhizomes se base sur un cadre démocratique composé du Conseil d’École et du Conseil de Justice.

Le cadre démocratique

Le Conseil d’École réunit une fois par semaine l’ensemble des membres de l’école, jeunes et adultes, -du moins ceux qui ont envie d’y assister- afin de décider ensemble du règlement intérieur, des événements organisés dans et par l’école et de la gestion du budget. Chacun peut proposer, prendre part au débat et voter. Chaque personne égale une voix, peu importe son âge. Quelqu’un qui a 6 ans a exactement le même pouvoir de décision qu’un autre qui a 34 ou 61 ans. Nous accordons une totale confiance dans l’intelligence collective qui émerge de la participation des plus jeunes comme des plus âgés.

Le Conseil de Justice, qui a lieu deux fois par semaine, est également administré en majorité par des jeunes et permet de traiter les manquements aux règles définies ensemble. Le collectif de jeunes a donc la possibilité de s’exprimer et de décider pour lui-même.

Vivre les valeurs démocratiques au quotidien

Nous incarnons durant l’intégralité du temps scolaire les principes de liberté (d’expression, d’action, d’être, et la responsabilité qui l’accompagne), d’égalité (même droits pour absolument tous les individus) et de solidarité (nous sommes un collectif uni qui s’enrichit de tous ceux qui le composent) qui sont les piliers d’une vraie démocratie. Bien plus que parler de ce qu’est une démocratie, nous la vivons au quotidien. Les jeunes membres inscrits dans nos écoles sont des citoyens de cette démocratie et sont donc respectés comme des personnes à part entière.

Une « école de riches » ?

Je pense que les lecteurs ont compris maintenant que la désignation « démocratique » se réfère au fonctionnement interne de l’école. « Oui, mais le fait que cette école est payante n’est-il pas anti-démocratique ? » Je comprends tout à fait que certaines personnes soient gênées, comme moi, par le tri social dus aux frais de scolarité. C’est vrai, comment parler d’égalité (valeur démocratique) quand une certaine population ne peut intégrer notre école sous prétexte de revenus insuffisants ?

Pourquoi des frais d’écolage ?

Dans le système législatif français, une école qui ne suit pas les programmes officiels est une école privée hors contrat. C’est le cas des écoles démocratiques. Or, les écoles privées hors contrat ne sont pas subventionnées par l’Etat, de sorte qu’elles ont tout à financer elles-mêmes. Nous n’avons donc pas d’autre choix que de demander une contribution aux familles. Nous préférerions nous aussi que nos écoles soient gratuites et accessibles à tout le monde !

Nous sommes une association à but non lucratif dont le personnel est bénévole ou faiblement rémunéré. Nous sommes en constante recherche de subventions, de mécènes et d’autres solutions ; et nous avons le souci de réduire un maximum nos dépenses et de demander le minimum aux familles. Toutefois, il est vital pour la pérennité de nos écoles de trouver un équilibre entre les besoins financiers de l’école (loyer, charges fixes, consommables, frais pour projets divers et rémunération du personnel) et les ressources des familles.

La liberté pédagogique pour tous ?

L’inégalité ne se situe pas au niveau de notre école. La liberté pédagogique dans la loi française donne le droit aux enseignants et aux parents de choisir la manière d’apprendre qui leur semble la plus adaptée pour les enfants qu’ils ont à charge. Mais cette liberté est justement refusée à ceux qui n’ont pas les moyens de payer une école privée hors contrat. Ce système est inégalitaire et contradictoire, en ce qu’il choisit de subventionner certaines écoles et pas les autres, et de garantir une liberté pour les familles sous condition de paiement. Que faire alors, quand on n’est pas d’accord avec cette situation anti-démocratique ? Une solution possible est de prendre sa responsabilité de citoyen et faire entendre sa voix pour réclamer l’égalité de financement des écoles en France. Et insuffler ainsi un peu plus de… démocratie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :